Le gardien du phare aime trop les oiseaux, poésie de Jacques Prévert récitée par Victoria

// janvier 6th, 2011 // Poésies et lectures à voix hautes

Le gardien du phare aime trop les oiseaux

Des oiseaux par milliers volent vers les feux
par milliers ils tombent par milliers ils se cognent
par milliers aveuglés par milliers assommés
par milliers ils meurent.

Le gardien ne peut supporter des choses pareilles
les oiseaux il les aime trop
alors il dit Tant pis je m’en fous !

Et il éteint tout

Au loin un cargo fait naufrage
un cargo venant des îles
un cargo chargé d’oiseaux
des milliers d’oiseaux des îles
des milliers d’oiseaux noyés.

One Response to “Le gardien du phare aime trop les oiseaux, poésie de Jacques Prévert récitée par Victoria”

  1. Adélie dit :

    Bravo Victoria tu as quand même bien récité ta poésie !!! Pourtant tu disais que tu ne la savais presque pas ???!!!!!!

Leave a Reply