Archive for Poésies et lectures à voix hautes

Tongue twisters

// mars 28th, 2013 // Commentaires fermés sur Tongue twisters // Poésies et lectures à voix hautes, Projets de la classe

LEVEL 1 :

  How can a clam cram in a clean cream can.
  Four furious friends fought for the phone.

LEVEL 2 :

  Green glass globes glow greenly
I scream, you scream, we all scream for ice cream

LEVEL 3 :


There’s a sandwich on the sand which was sent by a sane witch.


Knife and a fork, bottle and a cork, that is the way you spell New York.

My monster… said by Amély

// mars 18th, 2012 // No Comments » // Poésies et lectures à voix hautes, Projets de la classe

My monster is called Garty.
My monster is tall.
He has got a big body and a small head.
He has got three blue eyes and a big yellow nose.
He has got two arms and six fingers.
He has got two big red ears.
He has got no teeth.
His mouth is very big.

Poètes en herbe (expression écrite)

// avril 14th, 2011 // 2 Comments » // Poésies et lectures à voix hautes

Vous trouverez dans cet article quelques unes des poésies écrites par les élèves de la classe : Luigy, Quentin, Eléonore, Loïc, Léa, Victoria et Manon.

LE RESTAURANT ( de Luigy)

Hier, je suis allé au restaurant,
J’étais vraiment très content !
J’ai pris en dessert une tarte au flan,
Et comme je suis un garçon gourmand
J’ai encore mangé un gâteau croquant.

Mais je me suis cassé une dent !
Alors très inquiet, j’ai dit en hurlant :
– Au secours, au secours maman !
Elle m’a demandé en souriant :
– Mais qu’as-tu donc mon grand ?

Moi, j’ai répondu tout tremblant :
– Je crois que… que j’ai perdu une dent !
C’est là que mon p’tit frère a dit en riant :
– Oui ! Oui ! Regarde je l’ai trouvée ta dent !
– Elle était cachée sous mon gant !

————————————————————————————————————————————

LAURENT (de Quentin)

Ce garçon est marrant, il s’appelle Laurent.
A l’école, il passe tout son temps
Assis sur un banc à lire des romans.

Je trouve qu’il n’est pas méchant !

Souvent quand il joue, il oublie le temps,
Il rêve d’animaux géants,
Grands comme des éléphants !

Alors, il saute, il est souriant !
Moi je sais qu’il n’est pas méchant
Je le trouve marrant !

————————————————————————————————————————————

LA FEE (d’Eléonore)

Cet été,
Quand la chaleur s’est levée,
Apparut une fée
Tenant à la main un bouquet,
C’était du muguet.

Quand elle est arrivée
Je lui ai proposé du thé.
Mais elle a refusé
Car elle devait s’occuper de son bébé
Né en mai dernier.

En partant, elle m’a donné
Un étrange objet,
C’était une poupée
Dont j’avais toujours rêvée.

De nouvelles elle ne m’a jamais données,
Mais c’est une rencontre que jamais je n’oublierai !

————————————————————————————————————————————

IL Y A LONGTEMPS (de Loïc)

Il y a longtemps
Pendant que je te lisais un roman
Tu avais l’air d’être content
Mais j’ai compris que tu étais méfiant.

Il y a longtemps
Quand tu étais avec tes parents
Tu avais l’air d’être content
Mais j’ai compris que tu trouvais qu’ils étaient méchants.

Il y a longtemps
Quand nous étions sur un banc
Tu avais l’air d’être content
Mais j’ai compris que tu restais vigilant.

Il y a longtemps
Pendant que nous étions près de l’étang
Tu avais l’air d’être content
Mais j’ai compris que tu voulais rentrer à l’appartement

Car il était grand temps !

————————————————————————————————————————————

ELLE NE DEMANDE QU’A… (de Léa)

Elle ne demande qu’à être aimée
Dans son coeur enflammé.
Elle ne demande qu’à rêver
D’être une fée bien aimée.

Elle ne demande qu’à s’amuser
Pendant toute une soirée,
Avec ses jouets préférés,
Dans le calme complet,
Pendant juste une soirée !

Elle ne demande qu’à être caressée
Un peu plus haut que ses yeux bleutés.
Elle ne demande qu’à être aimée
Dans son coeur enflammé.

Elle ne demande qu’à être une fille bien aimée.

———————————————————————————————————————————-

UNE PETITE FILLE (de Victoria)

Comme elle était belle
Avec sa robe de dentelle !
Pour tous, c’était un vrai modèle !
Le soir parfois, elle allumait une chandelle
Et chantait d’une jolie voix rebelle.
Les oiseaux venaient se poser près d’elle
Puis repartaient à tire d’aile.

——————————————————————————————————————————

LA PETITE FILLE EN BLANC (de Manon)

Ce matin, en me promenant,
J’ai vu une petite fille vêtue de blanc.
Elle montait un magnifique cheval blanc,
Et avait un air très élégant !

La neige avait tout recouvert de blanc,
Et le paysage avait des reflets d’argent.
L’enfant très douée en chant
Chantait tout en souriant calmement.

Poème du chat, poésie de Jacques Roubaud récitée par Benjamin

// janvier 6th, 2011 // No Comments » // Poésies et lectures à voix hautes

Poème du chat

Quand on est chat on n’est pas vache
on ne regarde pas passer les trains
en mâchant les pâquerettes avec entrain
on reste derrière ses moustaches
(quand on est chat, on est chat)

Quand on est chat on n’est pas chien
on ne lèche pas les vilains moches
parce qu’ils ont du sucre plein les poches
on ne brûle pas d’amour pour son prochain
(quand on est chat, on n’est pas chien)

On passe l’hiver sur le radiateur
à se chauffer doucement la fourrure

Au printemps on monte sur les toits
pour faire taire les  sales oiseaux

On est celui qui s’en va tout seul
et pour qui tous les chemins se valent
(quand on est chat, on est chat)

Le gardien du phare aime trop les oiseaux, poésie de Jacques Prévert récitée par Victoria

// janvier 6th, 2011 // 1 Comment » // Poésies et lectures à voix hautes

Le gardien du phare aime trop les oiseaux

Des oiseaux par milliers volent vers les feux
par milliers ils tombent par milliers ils se cognent
par milliers aveuglés par milliers assommés
par milliers ils meurent.

Le gardien ne peut supporter des choses pareilles
les oiseaux il les aime trop
alors il dit Tant pis je m’en fous !

Et il éteint tout

Au loin un cargo fait naufrage
un cargo venant des îles
un cargo chargé d’oiseaux
des milliers d’oiseaux des îles
des milliers d’oiseaux noyés.

Une baleine à bicyclette de Claude Roy, poésie récitée par Loïc

// novembre 14th, 2010 // No Comments » // Poésies et lectures à voix hautes

Une baleine à bicyclette

Une baleine à bicyclette
rencontre un yak dans un kayak.

Elle fait sonner sa sonnette.
C’est pour que le yak la remarque.

Elle sonne faux, la sonnette,
dit le yak à l’accent canaque.

La baleine, la pauvre bête,
reçoit ces mots comme une claque.

Une baleine à bicyclette
qu’un yak accuse de faire des couacs !

Elle sonne juste ma sonnette,
dit la baleine du tac au tac.

Car ma sonnette a le son net
d’une jolie cloche de Pâques.

Ne te fâche pas baleinette
répond le yak qui a le trac.

(Une baleine à bicyclette
peut couler un yak en kayak.)

J’aime beaucoup ta sonnette,
elle a un son net et intact.

Bien trop poli pour être honnête,
dit la baleine au yak sans tact.

Le yak en kayak s’en va sur le lac
et la baleine à bicyclette

S’en va pédalant vers Cognac
en faisant sonner sa sonnette.

Comme je n’ai plus de rimes en ac
je reste en carafe dans le lac

Comme une baleine un peu braque
qui n’a plus de tour dans son sac.

Sur un cheval tout noir…, poésie de Jean Moréas, récitée par Nicolas

// novembre 14th, 2010 // No Comments » // Poésies et lectures à voix hautes

Sur un cheval tout noir…

Sur un cheval tout noir à la crinière rousse
Il galope sur la mousse.

En toque de velours avec des plumes blanches
Il passe sous les branches.

Au galop ! au galop ! il passe sous les branches
Avec ses plumes blanches.

Au trot ! au trot ! au trot ! et son grand lévrier
Saute près de l’étrier.

Il va pour épouser la fille de la reine,
La reine, sa marraine.

Sur son cheval tout noir à la crinière rousse,
Il galope sur la mousse.

L’enfant qui battait la campagne, poésie de Claude Roy, récitée par Lucka

// novembre 14th, 2010 // No Comments » // Poésies et lectures à voix hautes

L’enfant qui battait la campagne

Vous me copierez deux cents fois le verbe:
Je n’écoute pas. Je bats la campagne.

Je bats la campagne, tu bats la campagne,
Il bat la campagne à coups de bâton.

La campagne ? Pourquoi la battre ?
Elle ne m’a jamais rien fait.

C’est ma seule amie, la campagne.
Je baye aux corneilles, je cours la campagne.

Il ne faut jamais battre la campagne :
on pourrait casser un nid et ses oeufs.

On pourrait briser un iris, une herbe,
On pourrait fêler le cristal de l’eau.

Je n’écouterai pas la leçon.
Je ne battrai pas la campagne.

The penguin, written and said by Méline

// juin 10th, 2010 // No Comments » // Poésies et lectures à voix hautes

The penguin

A penguin swims like this and that,
He’s terribly small and terribly thin,
He’s got no hair, he’s got no hand,
But goodness gracious, what feet !

Le dormeur du Val, poésie d’Arthur Rimbaud, récitée par Rachel

// juin 3rd, 2010 // No Comments » // Poésies et lectures à voix hautes

Le dormeur du val

C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.